Pourquoi je n’arrive pas à faire ma hijra ?

 

 

LA HIJRA SELON MOI

 

Al Hamdoulillah, louanges à Dieu qui a fait, sans que je ne m’y attende, que ce sujet suscite beaucoup d’apaisement. En effet, nombreux sont ceux qui m’ont contacté à ce sujet.

Je tiens à rappeler que je ne suis pas un savant mais un penseur libre qui essaye de mettre sa pensée et sa réflexion au service de Dieu. Si je fais des erreurs, Al Hamdoulillah, cela prouve que je tombe et que je me blesse pour la cause de Dieu.

Petite parenthèse pour les personnes qui ont bloqué leur relation intime avec Dieu sous prétexte qu’il faut un intermédiaire pour accéder à Lui (un savant, un imam, un curé ou un rabbin). Dieu, dans son immense grâce, a un rapport privilégié avec toutes Ses créatures. Il vous donnera plus, comme dit Ahmed Deedat (Allah y rahma) si vous donnez un peu pour Lui, et c’est comme ça que le petit devient grand.

Pour en revenir au sujet et pour répondre à toutes les personnes qui m’ont contacté avec un tel enthousiasme, je vous le dis, n’acceptez rien tant que vous n’êtes pas convaincus. Si une chose vient de Dieu, elle rentrera dans votre cœur mais si elle ne vient que de Miloud, elle passera par une oreille et ressortira par l’autre.

Apprenez à faire la différence entre ce qui vient de Dieu et ce qui vient des hommes en écoutant simplement votre cœur et votre bon sens.

Pour commencer, la déduction que j’ai faite, et Dieu Seul est Savant, c’est qu’il faut recontextualiser la hijra.

La première des choses à comprendre alors c’est : dans quel contexte les prophètes ont-ils fait la hijra ?

Pour répondre à cela, nous devons relire les histoires de tous les prophètes et constater qu’à chaque fois qu’il y a eu hijra, c’était à un moment de non-retour pour eux, comme pour Abraham (alayhi salam) lorsqu’on l’a jeté dans le feu.

Mais aussi, pour les compagnons (que Dieu les agréé) et le prophète Mohammed (sallalahu alayhi wa sallam) lorsqu’on a tenté de l’assassiner dans son propre lit et que les persécutions et les meurtres étaient devenus monnaie-courante.

Egalement, pour Moïse (alayhi sallam) quand les notables se sont rassemblés contre lui pour le tuer.

Et j’en passe, des histoires plus surprenantes les unes que les autres avec une volonté de persécuter ou de tuer, voire les deux.

De plus, nous pouvons voir que d’autres ne sont pas partis et sont morts pour la cause de Dieu en prêchant à leur peuple jusqu’au bout, comme ce fut le cas de Yahya (Jean-Baptiste) (alayhi salam) ainsi que de pas mal de prophètes envoyés aux enfants d’Israël qui se sont faits tuer.

Ce qui est surprenant c’est que le seul prophète qui est parti, simplement parce que son peuple ne l’écoutait pas, c’est Jonas (alayhi salam) et il a payé très cher sa hijra. Il s’est retrouvé obligé de se jeter à la mer et s’est trouvé dans trois ténèbres. Trois ténèbres pour une hijra non-validée par Dieu. Bien sûr, c’est un autre sujet mais il pousse à méditer et fera l’objet d’un autre thème de réflexion inch’Allah.

Pour couronner le tout, Allah donne comme enseignement dans cette histoire, qu’il n’a pas besoin  de nous car quand Jonas (alayhi salam) est revenu dans son peuple, ils étaient tous devenus croyants. On peut donc en venir à la conclusion suivante : Dieu ne peut pas faire d’erreur quand il nous laisse dans un pays. Il attend de nous une seule chose ; que si nous l’aimons, nous allions prêcher son Amour et sa Religion. Et que même si personne ne veut nous écouter, ce n’est pas une raison pour fuir et faire la hijra.

En effet, on peut comprendre dans l’histoire de Jonas (alayhi salam) que le simple fait que les gens n’acceptent pas n’est pas suffisant pour partir et arrêter son job. Il faut la persécution, les menaces de mort, le point de non-retour. Cependant, béni soit notre prophète Jonas (as) qui, grâce à son erreur, nous a appris deux choses : une invocation qu’on doit méditer : « Il n’y a de Dieu que Dieu, point de divinité à part toi, j’ai été du nombre des injustes », qui est très intéressante parce que c’est le but de toute une vie : prêcher La ilah il Allah, l’unique commandement qui mérite qu’on vive et qu’on meurt pour ça. Et qu’il ne faut jamais quitter son peuple sur un coup de tête ou par colère et rester patient jusqu’à ce que Dieu nous offre soit le martyre (comme Yahya as), soit la hijra (comme Moïse, Abraham, Mohammed … as), soit la victoire écrasante (comme Noé sur son peuple, Salih et Loth, as) …

« Pensez-vous entrer au Paradis alors que vous n’avez pas encore subi des épreuves semblables à celles que subirent ceux qui vécurent avant vous ? Misère et maladie les avaient touchés; et ils furent secoués jusqu’à ce que le Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés : “Quand viendra le secours d’Allah ? ” – Quoi ! Le secours d’Allah est sûrement proche. », Al Baqarah, verset 214.

D’ailleurs, à notre époque, ceux qui réussissent le mieux, il faut bien le reconnaitre, ce sont les témoins de Jéhovah. Pendant que nous, nous dormons, leur Salle du Royaume se remplit d’anciens musulmans.

J’ai pour principe d’être honnête donc je dis bravo aux témoins de Jéhovah. C’est triste mais ces musulmans vous les avez mérités car vous avez fait votre job. Qu’Allah nous guide tous et nous pardonne inch’Allah !

Revenons à notre sujet, nous comprenons donc que dans aucune des histoires de prophètes, il y a eu une hijra faite sans que leur vie n’ait été en danger au moment où ils sont partis. Il y en a même qui sont morts, assassinés, sans partir (comme Yahya, alayhi salam).

Si nous avons ce raisonnement, tout est logique. Et la religion d’Allah devient effectivement simple et facile à appliquer parce que dans de tels contextes (vie menacée), lorsque Dieu donne l’ordre de faire la hijrah, cela devient un ordre facile, compréhensible et presque libérateur. Elle devient alors notre seule optique pour survivre et sauver notre façon de vivre.

Certains m’ont demandé ce que je pensais du verset : « Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : Où en étiez-vous ? [À propos de votre religion] – ‹ Nous étions impuissants sur terre ›, dirent-ils. Alors les Anges diront : ‹ La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? › Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! A l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie : A ceux-là, il se peut qu’Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur. » [1] (4 :97-99)

Il est très intéressant de comprendre ce verset dans son contexte. Sinon, il est inapplicable pour 90 % des musulmans et cela reviendrait à dire que la religion de Dieu est dure à appliquer. Si nous sommes honnêtes envers nous-mêmes, demandons-nous : combien de personnes peuvent le faire ? J’ai pour principe de penser que si c’est difficile de le faire voire impossible, ça ne peut pas venir de Dieu car Il a facilité la Religion aux hommes et Il est plus Indulgent que notre propre mère, Il veut pour nous la facilité dans l’effort. Dans ce cas précis, je ne pense pas que Dieu ne veut pas que nous fassions la hijra mais je pense qu’il faut la reconsidérer historiquement, intellectuellement et spirituellement.

Il faut donc reprendre le contexte.

Le verset a été appliqué après que tous les mecquois aient compris le message du nabi (sallalahu alayhi wa sallam) et qu’ils se soient réunis à la Mecque pour éradiquer l’Islam et les musulmans. On voit ici qu’à cette époque-là, les mecquois n’étaient plus ignorants de la volonté de Dieu. Ils l’ont rejeté en connaissance de cause. Ainsi, son peuple, dans sa majorité, n’était plus un peuple d’ignorants mais un peuple de kafirs (mécréants).

Et le kafir est l’ennemi déclaré de Dieu, contrairement à l’ignorant. Un croyant ne peut pas rester avec un kafir parce qu’ils sont incompatibles comme l’eau et l’huile.

Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi Dieu dira aux anges d’aller arracher ces âmes-là car ils préfèrent la compagnie des ennemis de Dieu qui torturent les croyants que de celle de Dieu et des croyants.

Nous, en France et en Europe, nous ne sommes pas face à un peuple kafir (mécréant) dans sa majorité. On est face à un peuple majoritairement ignorant. La preuve : Maurice, Claire, Marie, Bln… et ces dizaines de milliers de convertis qui viennent se rajouter chaque année. Je ne parle pas du gouvernement, le peuple européen est hospitalier et bon. C’est le seul qui donne le droit d’asile. D’ailleurs, si les musulmans savaient les prêcher, ils seraient pour la plupart tels que les médinois ou les abyssiniens, prêts à accueillir les réfugiés et même à accepter la religion, mais nous présentons un Islam « couscous, makrout et racaille ».

Maintenant, chacun est libre d’accepter ou non ce raisonnement.

Si vous saviez combien de gens j’ai vu faire leur hijra sur la base de la haine en disant, d’un ton méprisant, « je quitte ce pays de kafir ». Je les ai aussi vu revenir plus vite qu’ils n’étaient partis et obligés de baisser la tête en revenant ici.

Tout simplement parce que lorsque l’ordre vient de Dieu, on sent qu’il faut partir. On doit avoir la sensation de ne pas avoir le choix et que c’est une réponse du Tout Miséricordieux à notre problème comme une permission venant de Sa part pour quitter momentanément notre lieu de naissance ou de vie en attendant des jours meilleurs. Comme peut-être pour le frère Idriss de Barakacity qui, bientôt je l’espère, à force de faire son job, se verra offrir cette porte et cet immense honneur par Dieu le jour où l’Etat et le gouvernement lui tomberont dessus. Et, à ce moment-là, il n’aura pas d’autre choix que de partir ou que Dieu lui donne la victoire en lui permettant de propager l’Islam d’une façon sage et pacifique à son peuple, de la manière qui est la sienne en aidant les gens car chacun a sa façon de prêcher l’Islam. Certains par les mots, d’autres par des actes humbles.

Rappelez-vous l’histoire de Pharaon. S’il y a bien un homme et un pays dans lequel, il aurait été nécessaire de faire la hijrah, c’était bien chez Pharaon, dans l’Egypte antique. Mais Allah a dit « Non ! », Pharaon n’est pas encore un mécréant, c’est un ignorant. Donc va le prêcher, peut-être se rappellera-t-il de Moi :

« Puis, parlez-lui gentiment. Peut-être se rappellera-t-il ou [Me] craindra-t-il? » Taha, verset 43-44.

On voit bien à quel moment Dieu a sauvé les enfants d’Israël. Quand Pharaon et tout son peuple, je précise bien TOUT SON PEUPLE, pas que le dirigeant, ont bien compris ce que Dieu attendait d’eux, l’ont rejeté et ont préparé une armée pour massacrer les croyants qui étaient, à l’époque, les enfants d’Israël.

Mon point de vue maintenant concernant les musulmans qui sont en France, qui ne veulent pas faire leur job en retransmettant l’Amour et la Religion de Dieu et qui préfèrent, comme dit Sheikh Imran Hosein, manger du roti canai pour ne pas remettre en cause les privilèges qu’ils ont. Ceux-là, il me semble que Dieu les considérera comme ils ont vécu : complices du mal qui se répand, qu’ils soient ici ou dans un pays musulman.

Ça ne changera rien à leur inactivité dans le chemin de Dieu. Et Dieu seul est savant.

Dieu dit dans le Coran : « […]. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant, ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Salat, acquittent la Zakat, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. Cependant, l’issue finale de toute chose appartient à Allah. » Al Hadj (le Pèlerinage), versets 40-41

Il n’y a pas de chose plus convenable que d’appeler les gens à l’Amour de Dieu et de chose plus blâmable que de ne pas reconnaître ou de délaisser Son Amour et Sa Miséricorde.  Après, l’issue finale de votre prêche n’appartient qu’à Dieu.

Celle logique est, pour moi, la plus naturelle. Si tout le monde fait la hijra et si Dieu n’envoie pas parmi vous des gens qu’Il a choisi pour vivre et prêcher ces peuples-là sous prétexte qu’ils ne sont pas musulmans ou dans la sharia, qui donc va le faire ?

 

Que la paix soit avec vous !

 

Les Chroniques de Miloud

 

1 commentaire sur « Pourquoi je n’arrive pas à faire ma hijra ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *