Paradis / Enfer : Comprendre la logique en 5 min

 

Paradis / Enfer : Comprendre la logique en 5 min

 

Pour comprendre la logique, prenons un exemple :

 

Imaginons-nous 5 minutes que nous partons en randonnée ensemble avec des amis. Nous sommes en pleine nature, au milieu d’une charmante forêt… L’heure du repas arrive.  A à peine 10 minutes de marche à pied, il y a une belle rivière d’eau fraîche.  De là où nous sommes, nous pouvons entendre le ruissellement de son eau pure et cristalline. Bien que toute proche de nous, nous décidons de faire une escale pour nous reposer et manger un morceau, séduits par le cadre agréable et accablés par le lourd fardeau de nos bagages.

 

Accroupis, certains parmi nous décident d’allumer un feu pour faire cuire quelques brochettes. En sortant nos ustensiles, nous nous apercevons que nos couteaux ne sont pas propres du tout.

 

En réfléchissant rapidement à un moyen de les purifier, nous réalisons que nous avons seulement deux solutions. La première étant de faire l’effort d’aller jusqu’à la rivière. La seconde paraît plus pratique, elle consiste à brûler la lame dans le feu qui est à nos pieds.

 

Parmi le groupe, très peu sont motivés. Séduits par la chaleur du feu et le confort des lieux, la majeure partie d’entre nous opte pour la solution qui demande le moins d’effort. Seules peu de personnes décident d’affronter leur fainéantise et font l’effort d’aller laver leurs couteaux à la rivière.

 

En réalité, si vous avez suivi cette histoire, vous êtes capables de comprendre cette logique…

 

En parabole, cette forêt et ces lieux séduisants représentent la parure trompeuse de cette vie, le voyage la destinée que nous devons accomplir, les bagages le fardeau de nos péchés qui nous empêchent d’atteindre notre but, le couteau est notre âme, le feu brûlant l’enfer et la rivière à portée de main le paradis. Et chacun de nous a purifié son couteau de la manière qu’il a choisi.

 

Il en est de même pour le paradis et pour l’enfer, ils sont tous deux des purificateurs pour l’âme comme le sont l’eau et le feu dans ce bas monde. L’une d’elle est douce et agréable mais demande de l’effort tandis que l’autre est séduisante par sa simplicité mais ardente par sa douleur.

 

Et, peu importe la méthode que vous choisissez, pouvez-vous tenir quelqu’un d’autre que vous-même pour responsable si la lame de votre couteau est noircie et brûlante ?  Ou blâmer celui qui a fait l’effort de partir la blanchir avec l’eau fraîche de la rivière ?

 

A vous de choisir le mode de purification qui vous convient le mieux …

 

Les chroniques de Miloud

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *